[VEHICULE CONNECTÉ] L’Autopilot de Tesla vulnérable…Aux stickers…

    Des chercheurs du Keen Security Lab de Tencent ont récemment démontré la faillibilité de l’Autopilot de Tesla. Ces derniers ont montré qu’il était possible d’induire en erreur une Tesla en mode Autopilot et de la faire rouler en sens inverse avec la simple mise en place de stickers sur la route. Le mode Autopilot visé est celui antérieur à 2017 et les chercheurs ont souligné que les systèmes de la machine n’ont pas besoin d’être piratés. Il suffit seulement de placer de petits stickers sur la route qui sont traités par le système de conduite autonome comme une indication de changement de voie.

Pour rassurer les conducteurs, les chercheurs ont indiqué que les voitures Tesla ont besoin de l’accord du conducteur pour effectuer un changement de voie quelconque. Le fonctionnement du pilotage automatique de la Tesla s’appuie sur une diversité de capteurs qui recueillent des informations sur l’environnement routier du véhicule. Ces informations sont ensuite transmises aux ordinateurs de bord, qui se chargent de prendre en temps réel les décisions de conduite les plus adéquates par le biais du machine learning.

Les chercheurs ont formé une ligne horizontale pointant vers la gauche avec trois stickers pour pousser l’Autopilot d’une Tesla S 75 à se déporter vers la voie de gauche, en sens inverse. Ainsi, les algorithmes de machine learning ont traité ces informations comme une indication que la voie se déplaçait dans cette direction. Bien que cette faille soit peu dangereuse, l’aval du conducteur étant nécessaire, cette dernière reste tout de même exploitable. Elle pourrait donc être corrigée en « développant la reconnaissance de voie à l’arrière du véhicule ».

En réponse, l’entreprise Tesla a déclaré qu’elle avait développé un programme de Bug Bounty précisément pour avoir des feedbacks de ce type. Elle a de plus précisé que ces résultats ont été obtenus dans le cadre de scenarios où «l’environnement physique du véhicule était artificiellement modifié » et que dès lors « ce n’était pas une préoccupation réaliste étant donné qu’un conducteur peut facilement neutraliser le pilote automatique à tout moment».