[INSOLITE] « Les navires autonomes ne sont pas si étanches aux cyberattaques… »

L’Union européenne a décidé de déclarer le 20 mai ”Journée européenne de la Mer”, afin de célébrer les réalisations du secteur maritime. Un secteur qui connaît depuis quelques années un renouveau, notamment en termes d’innovations technologiques : drones maritimes, sous-marins robotisés, porte-avions à propulsion nucléaire, et même des bateaux autonomes. Á titre d’exemple, la multinationale américaine Rolls-Royce avait annoncé en 2017 sortir une gamme de navires autonomes d’ici 2020. De son côté, les deux entreprises norvégiennes Yara International et Kongsberg Gruppen travaillent actuellement au développement d’un navire autonome – un feeder plus exactement (porte-conteneur) – qui devrai voir le jour en 2020. En France, l’entreprise Kara Technology, a développé un navire complètement autonome : EVA2. Équipé de 130 capteurs qui récoltant régulièrement des données sur l’environnement, ce navire est uniquement dirigé par une interface numérique. L’utilisateur peut ainsi contrôler son navire depuis un écran, un smartphone ou une montre connecté. Mais ce bateau innovant na pas uniquement suscité l’intérêt des touristes : en effet, en juin 2018, des hackers ont tenté de pirater le bateau de plaisance avant que ce dernier n’effectue des manœuvres de test sans intervention humaine dans la baie des Sables d’Olonne. « Nous avons été victimes d’une tentative de spoofing sur l’antenne 4G, avait indiqué Ivain Bignonet, le directeur général de Kara Technology […] La tentative d’intrusion n’a pas réussi. Mais nous avons préféré appliquer le principe de précaution en reportant la sortie. Rien n’aurait été pire que l’exploitation par les pirates d’une faille non identifiée lors de la démonstration ».Fort heureusement, le système de surveillance de Kara Tehcnology avait pu détecter à temps la tentative de compromission. Par mesure de précaution, des ethical hackers du département cybersécurité de l’Esaip, une école d’ingénieurs travaillant en partenariat avec Kara Technology, vont mener des tests d’intrusions sur le voilier autonome afin de détecter d’hypothétiques failles de sécurité qu’il faudra corriger par la suite. Cette tentative de piratage met en évidence que n’importe quel système connecté est par définition vulnérable, si tenter qu’on ait les compétences requises et de l’imagination.