[FOCUS SMART CITY] « Le quartier connecté de Porta Romana a plus qu’à offrir que des glaces milanaises ! »

      La ville de Milan a su faire fructifier ses investissements de l’Exposition universelle de 2015 pour renforcer sa politique de réaménagement urbain et technologique en vue de devenir l’une des smart cities d’Italie les plus influentes. Milan a des inspirations de ville connectée, de ville verte et surtout innovante. Ses ambitions se traduisent notamment par la volonté d’être une métropole européenne attractive avec des projets tels que le «Milano Smart City», projet porté par la ville et la chambre des commerces. Au même titre que des villes intelligentes influentes à l’image de Londres, la ville italienne est associée à cette dernière dans le projet «Sharing Cities », un projet européen du programme Horizon 2020 qui a pour objectif de «transformer le concept de ville intelligente en réalité et de développer des solutions économiquement abordables».

Milan se place en 12ème position des villes les plus intelligentes à l’échelle mondiale, d’après le dernier classement du Globalization and World Cities Research Network. Sur une échelle régionale, le « 2018 iCity Rate de FPA », qui met en exergue une quinzaine d’indicateurs, « comme la mobilité, la recherche, la gestion des déchets, l’innovation sociale ou la qualité de l’air et de l’eau », positionne Milan en tête des villes les plus intelligentes d’Italie pour la quatrième année consécutive, devant Bologne et Florence. L’effort de « ville intelligente » s’illustre également en chiffres, en 2018, il y avait 2000 utilisateurs du « car-sharing », 49 espaces de co-working, 10 000 utilisateurs de vélo électriques et plus de 22 000 mètres carrés d’espace inutilisé pour les associations, les startups et les citoyens.

Milan Smart City. Acteurs et dimensions thématiques Source : Site « Milano Smart City »(Traduction des termes dans les rectangles bleus dans le sens des aiguilles d’une montre : Administration publique, Universités et Recherches, les citoyens et le secteur tertiaire, Finance, Entreprises)

Les quartiers de Porta Romana et Porta Nuova: une expérience à ciel ouvert

     Le quartier de Porta Romana est l’une des matérialisations des nouvelles ambitions de Milan. Qualifié de « première expérimentation italienne de quartier intelligent à impact environnemental neutre », il est la démonstration d’une volonté de vouloir conjuguer urbanisme et Technologies de l’Information et de la Communication au cœur d’un quartier. Cet ancien quartier industriel a été réaménagé et comporte toutes les caractéristiques d’un « quartier intelligent », à savoir, des voitures électriques ou encore un Wi-Fi haut débit fourni par des lampadaires à LED connectés. Ce quartier compte des bâtiments intelligents, comme le nouvel immeuble de l’opérateur Internet et télécoms Fastweb.

    Le quartier de Porta Nuova, compte, quant à lui, des bâtiments dits «verts», véritable chef-d’œuvre d’architecture « verte » et près de 25 bâtiments intelligents. Des milliers d’arbres, plantes couvrent ces tours. Notons qu’ils sont arrosés automatiquement avec l’eau récupérée dans le système de climatisation. Ils comportent également des panneaux solaires et géothermiques. Ce quartier abrite notamment le siège de la banque Unicredit, un gratte-ciel connecté, et surtout, le plus haut d’Italie. Porta Nuova aurait une valeur de marché d’environ 2 milliards d’euros. De tels travaux et réaménagements au cœur de la ville, suscitent toujours plus d’investissements à l’image du Qatar, qui est le seul propriétaire du quartier de Porta Nuova depuis février 2015. Le coût des travaux immobiliers s’élèvera à environ 20 milliards d’euros sur les dix prochaines années. Milan n’hésite donc pas à repenser certains quartiers, voire de leur faire subir de véritables transformations pour offrir à ses citoyens et à la ville, une meilleure qualité de vie et une meilleure économie interne.

L’expérience urbaine repensée

     En participant au projet européen « Sharing City », la capitale lombarde s’est retrouvée confrontée aux principaux défis environnementaux, notamment à la réduction des émissions de carbone des bâtiments et des moyens de transport et l’amélioration de la qualité de l’air. Le gouvernement milanais a su voir grand et pratique notamment en matière d’éclairage. L’éclairage public de la ville a été remplacé par des LED. Depuis les années 2000, Milan est la ville européenne la plus « câblée en fibre optique » et ne cesse aujourd’hui de déployer et proposer le Wi-Fi gratuitement dans une majeure partie de la ville. Notons que la technologie 5G est en cours d’expérimentation et l’opérateur Vodafone, associé à Huawei, prévoit une couverture totale pour cette année 2019. Avec l’application de la mobilité partagée, les citoyens profitent donc d’un accès à Internet complet et ils ont également à leur disposition des dispositifs électriques comme des vélos, des scooters et des véhicules commerciaux électriques disponibles en station ou en free-floating.

     Milan fait donc partie du projet « Sharing Cities » qui consiste à « mettre à disposition un terrain d’expérimentation grandeur nature et une méthodologie partagée pour transformer le concept de ville intelligente en réalité ». Milan a donc ciblé certains de ses quartiers comme objets de démonstrations sur lesquels elle a pour objectif de « déployer des solutions numériques urbaines réplicables en s’appuyant sur une méthodologie et des modèles de collaborations innovants ». La mobilité partagée qui est primordiale dans la ville repense l’expérience urbaine des citoyens. 60 véhicules de partage de voitures électriques sont disponibles sur la route, 150 vélos électriques et 14 nouvelles stations au total. 76 points de recharge pour les colonnes électriques (20 pour la recharge rapide). Et enfin, 125 places de stationnement intelligentes et 10 véhicules électriques partagés pour le transport de marchandises sont également en libre-service.


Une multitude de smart projets

     La capital lombarde tente donc de répondre à de nouvelles problématiques tant sur le plan économique, social et environnemental. Elle investit constamment dans « l’innovation, la recherche, la technologie, le développement durable et l’inclusion sociale ». Considérée la ville la plus « smart » d’Italie, elle fait partie des « 10% de métropoles les plus innovantes au monde ». Si elle se place devant Bologne et Florence, respectivement deuxième et troisième du classement de niveau national selon le sondage de ICityrate, c’est qu’elle fait actuellement la promotion de 70 projets smart, ce qui équivaut à plus de 200 millions d’euros d’investissement. Parmi ces projets, on trouve notamment le portail Open Data, à disposition des chercheurs et des utilisateurs. Il existe de même plus de 500 points d’accès Wi-Fi dans la ville appelé « l’Open Milano ». Ce service est par ailleurs considéré comme très compétitif. Le gouvernement a mis en place un système de partage des véhicules connectés, on ne recense pas moins de 120 000 abonnés. Notons que le scooter-sharing est également mis en place.

En matière de chiffres, le secteur smart dans la capitale lombarde représente 128 milliards d’euros de chiffres d’affaires sur les 460 milliards au niveau national, soit 28 %. Notons que plus de 43.000 entreprises et 344.000 personnes, soit environ un Milanais sur cinq est concerné, selon la municipalité. Les secteurs les plus concernés ne sont autres que la technologie, à hauteur de 49 milliards d’euros, l’énergie et le traitement des déchets, à hauteur de 45 milliards d’euros, et le commerce électronique avec 700 millions d’euros.

       Le projet Milan Smart City se base sur des échanges et des dialogues entre les secteurs public et privé, entre l’administration et les citoyens et de par la mise en place d’un gouvernement participatif. Le gouvernement a mis l’innovation sociale en tant que « dénominateur commun de la transformation urbaine, de la mobilité au travail et à la création d’entreprise, du logement à l’utilisation des espaces verts aux infrastructures numériques». La numérisation du territoire est une priorité. La ville a mis en place la distribution de la fibre optique, des points d’accès Wi-Fi, des îlots numériques, des portails avec des données ouvertes et protégées. De par ses « smart projets », la ville se donne pour but de construire des bâtiments intelligents, qu’ils soient publics ou privés, des quartiers intelligents à énergie nulle permettant le développement de systèmes de gestion intégrée de l’énergie pour les intérieurs et l’installation de lampadaires intelligents avec capteurs.

Conclusion

     La ville de Milan a mis en place le concept de « co-ville », qui incite les citoyens à être plus responsables et à participer à l’implémentation de l’Internet des objets au cœur de la ville. De plus, ce concept fait de la ville une infrastructure permettant la coopération, le partage et la participation à une décision participative en matière de production par des pairs et repose également sur une « gouvernance polycentrique collaborative qui se base sur des TIC ». D’après, Roberta Cocco, conseillère pour la transformation numérique et les services publics de la municipalité de Milan, la ville a mis au cœur de ses priorités, le bien-être de ses citoyens de par la mise en place de « services numériques ». Durant ces dernières années, la ville a mis en place un service de paiement numérique qui donne la possibilité de de payer une taxe, en particulier le tari (taxe de ramassage des ordures), directement sous forme numérique. La municipalité agit actuellement sur un plan d’interopérabilité des données. La ville collecte des données depuis une base à titre informatif. En somme, la ville est un terrain d’expérimentation à grande échelle pour et par ses citoyens.

Sources :

https://thegoodlife.thegoodhub.com/2019/01/18/milan-la-ville-du-futur/
https://labgov.city/theurbanmedialab/smart-city-development-the-milan-mode/
http://nws.eurocities.eu/MediaShell/media/SharingCitiesLeaflet_FR_final_web.pdf
https://lepetitjournal.com/milan/actualites/smartcity-milan-premiere-ville-intelligente-ditalie-31923
http://eai.enea.it/archivio/anno-2017/smart-city/il-percorso-milano-smart-city
https://www.linkiesta.it/it/article/2019/04/19/smart-city-milano/41862/