[EDUCATION] L’IoT fait aussi sa rentrée scolaire parmi les élèves : usages et problématiques

     Avec plus de 14 milliards d’objets connectés qui circulent actuellement dans le monde, l’intégration des objets connectés dans l’Enseignement apparait comme un enjeu majeur. La technologie jouera un rôle essentiel au cœur de nos sociétés et sur les nouvelles pratiques des populations à venir. Ce monde de transformations constantes n’aura d’autres choix que d’intégrer ces nouvelles technologies. Dans les écoles de demain, ou les écoles traditionnelles, l’Internet des Objets fait sa rentrée numérique. Alors que l’on trouve de plus en plus d’utilité aux objets connectés, le système éducatif commence à en faire un socle de connaissance, de les considérer comme des moyens d’éveiller les élèves dès leur plus jeune âge ou de faciliter la collecte des données scolaires. Que leurs usages soient internes aux systèmes administratifs ou qu’ils soient bénéfiques à l’apprentissage au cœur des classes, les objets connectés répondent aux nouvelles problématiques grandissantes de l’Education. De plus, l’utilisation de l’Internet des Objets favorise de nouvelles méthodes de collaboration entre les élèves et une meilleure interactivité.

L’apprentissage classique enseigné par les professeurs subit une évolution notoire et l’usage des objets connectés vient en témoigner. On trouve aujourd’hui dans beaucoup de salles de classe, des tablettes, des ebook et des robots. L’enseignement devient plus personnalisé et plus intuitif. Alors que les nouvelles technologies font partie intégrante de notre société, les intégrer dans notre système éducatif s’avère être bénéfique pour les élèves. L’usage des robots tend également à se démocratiser. La start-up RobotLab propose ainsi son robot « NAO » comme assistant des professeurs de mathématiques, de physique ou encore de programmation. L’évolution de l’apprentissage est également constatée avec l’apparition de tableaux connectés. De son côté, Samsung a lancé en janvier 2018, « Flip », un tableau blanc interactif connecté pour les salles de classes. Ce dernier permet une meilleure collaboration entre les élèves et le professeur. De plus, quatre personnes peuvent écrire simultanément avec leurs doigts ou un stylo spécial.

Les applications de l’Internet des Objets sont ainsi diverses. Le suivi de présence par les enseignants est notamment révolutionné. Une jeune lycéenne a inventé un système de capsule numérique connecté à une application mobile permettant à un professeur de savoir via son smartphone, si les élèves sont présents. Si un élève est absent, un SMS ou en e-mail est envoyé au bout de 10 minutes aux parents pour prévenir de son absence. Toujours en lien avec la collecte des données étudiants, et afin de permettre une meilleure gestion de vie scolaire, la start-up NewSchool a mis en place des cartes connectées grâce à un QR code du nom de « Sésame ». Ces dernières peuvent être scannées par les professeurs pour consulter le profil des étudiants. De plus, elles permettent également d’emprunter des livres facilement à la bibliothèque.

L’Internet des Objets est également pensé pour la réduction de coûts énergétiques au sein des établissements scolaires. Le smart building – c’est-à-dire l’intégration de dispositifs connectés dans des bâtiments – concerne également les bâtiments scolaires. L’Internet des Objets permet ainsi une meilleure optimisation des coûts. A cet effet, la société Vertuoz by Engie a équipé 140 écoles parisiennes d’une solution de contrôle de chauffage des classes. Des capteurs de température, de présence et de CO2 sont en plus installés. L’implémentation de l’Internet de Objets au cœur des établissements scolaires apparait comme nécessaire à l’optimisation des coûts énergétiques.

L’éducation est un secteur primordial en ce qui concerne l’application et la sensibilisation des technologies auprès des populations. L’exploitation des données scolaires et les nouvelles pédagogies touchent directement les nouvelles problématiques auxquelles nous devons nous adapter. Un bon usage de ces technologies enseignées dès le plus jeune âge reste le meilleur moyen de sensibiliser le public sur la sécurité de ces nouvelles pratiques. Bien que l’intégration des objets connectés reste progressif, il va s’avérer indispensable au cœur des bâtiments scolaires et dans la refonte de l’apprentissage. Bien plus que de changer nos pratiques d’apprentissage, nos habitudes de vies seront amenées à évoluer sous l’égide des nouvelles technologies, dont les objets connectés en sont le fer de lance.