[SMART CITY] Recyclage connecté : quand les poubelles ne collectent pas uniquement des déchets

En 2025, 58% de la population se retrouvera dans les zones urbaines. Face aux défis de l’urbanisation de masse et des conséquences qu’elle engendrera, les villes se mettent au vert. Les objets connectés – aussi nombreux soient-ils – opèrent déjà un rôle important pour aider la transition écologique des villes. De multiples initiatives naissent au cœur des villes et rendent les objets du quotidien intelligents et davantage au service des citoyens. La qualité de l’air et le recyclage sont des thématiques récurrentes qui s’appliquent dans les villes. On parle aujourd’hui de poubelles connectées, de recyclage intelligent et de ramassage des ordures en adéquation avec les besoins humains. Parmi toutes ces initiatives qui mêlent pour la plupart l’Internet des objets connectés à la ville, on trouve notamment le défi de la gestion des déchets par l’intermédiaire du recyclage connecté.

En juin 2018, une startup taiwanaise a lancé une solution de gestion des déchets regroupant l’Internet des Objets et la technologie blockchain. Cette solution a pour but de réduire les coûts de gestion et les ressources pour le ramassage des poubelles. La solution TWO IoT va développer des capteurs capables de mesurer le taux de remplissage des bennes à ordures. Ils seront placés dans les bennes à ordures, dans des bureaux ou encore dans les aéroports. De plus, ils communiqueront en Wi-Fi ou en Narrow Band IoT pour analyser les données récoltées.

Il n’y a pas que les municipalités asiatiques qui sont intéressées par ce marché. Des poubelles connectées apparaissent de plus en plus en Europe et particulièrement en France dans les villes de Colombes et de Paris notamment. La ville de Colombes a installé des poubelles connectées capable de renseigner certaines informations (état d’usure, remplissage, etc). Ces dernières fonctionnent à l’énergie solaire.

La transition écologique s’appuie sur les technologies de l’Information et de la communication. Certaines startups font le choix du tri. La start-up Terranova a développé « Cliiink », une autre solution de tri connectée intégrée aux points de collecte. Á leur tour, les capteurs permettent de mesurer la quantité de déchets. Les particuliers sont aussitôt avertis par téléphone via une application. Les services municipaux sont également prévenus.

Le rôle de l’Internet des objets est donc particulièrement prometteur dans l’avenir de la transformation écologique des villes et plus largement des sociétés qui tendent vers le vert. La gestion des villes et de l’urbanisation grandissante se traduit par une bonne gestion des déchets accompagnée des nouvelles technologies.