[DONNÉES PERSONNELLES] Nos cartes bancaires nous espionnent-elles ?

Nos cartes bancaires sont de véritables mines d’or en terme de données personnelles : habitudes de consommation, niveau de vie, déplacements, besoins… elles recensent certaines des informations les plus sensibles et intéressantes aux yeux des sociétés d’investissement et de recherche, les institutions bancaires ou les courtiers. Motherboard (VICE) a récemment dévoilé les pratiques du premier courtier de données bancaires américain Yodlee en publiant un document confidentiel, dont la description laisse entendre que les données des utilisateurs ne seraient en réalité pas complètement anonymes mais seulement « pseudonymisées ». Yves-Alexandre de Montjoye, professeur adjoint à l’Imperial College London, explique que même si les informations permettant d’identifier directement une personne, comme le numéro de téléphone ou l’adresse mail, ne sont pas dévoilées, la personne en question peut tout de même être identifiée en « ayant accès à l’ensemble de données et à certaines informations la concernant, par exemple les magasins auprès desquels elle a acheté et quand ». Le professeur a par ailleurs démontré cette manipulation en 2015 en révélant l’identité de trois individus tirée d’une base de données recensant les transactions des trois derniers mois de plus d’1,1 million de cartes bancaires. La majorité des données bancaires collectées par Yodlee concernent les clients de ses partenaires principaux : Bank of America, Citigroup et HSBC. Avec l’arrivée des néo-banques à l’image de Revolut ou N26, entièrement numérisées, l’on peut s’inquiéter de la quantité de données clients récoltées – en effet, la banque anglaise Revolut créée en 2015 prévoit l’acquisition par exemple de 100 millions de clients supplémentaires à l’horizon 2025 (Source : Presse-Citron).